La schizophrénie serait-elle diagnostiquée pareillement dans une autre société ? La réponse est non, tout simplement parce que la schizophrénie n’est pas un donnée naturelle : c’est une catégorie scientifique actuelle regroupant différents symptômes, qui a une histoire, un contexte d’émergence particulier. C’est la démence précoce décrite par Emil Kraepelin à la toute fin du XIXe. Elle s’inscrit dans une pensée médicale, une pensée psychiatrique qui est somme toute assez récente, et elle est bien loin d’être universelle.

Si on en retrouve les symptômes dans l’histoire et dans d’autres lieux, d’autres sociétés, on les y classe cependant différemment : ainsi tel délire pouvait relever en Grèce antique de la mélancolie (Arétée de Cappadoce), affection qui regroupait en revanche des symptômes que nous inclurions aujourd’hui plutôt dans la catégorie de la dépression. A l’inverse, dans certaines sociétés animistes comme les communautés vaudou Haïtiennes décrites par Louis Mars dans les années 50, le même type de délires sera interprété comme une possession par un esprit ou un ancêtre et s’inscrit de ce fait dans un système magico-religieux complètement étranger à nos classifications scientifiques.