Tout changement dans les relations humaines suppose un “prix à payer” dans deux directions.

• Un prix à payer par soi-même : réactivation de l’insécurité, nouvelles interrogations, en mutations dans les conduites et les comportements.

• Un prix, que nous fait payer l’entourage, surtout ceux qui nous sont proches par diverses réactions défensives et contradictoires.

Dans un premier temps celui qui veut changer pense qu’il va devenir différent, devenir un autre, puis il va découvrir qu’il est plus important de devenir soi-même que quelqu’un d’autre.

Toute démarche de changement n’ouvre pas nécessairement une crise – comme on le croit trop souvent – il transforme le plus souvent une crise larvée en crise ouverte.