1. Les miracles comme perception vraie

L’innocence n’est pas un attribut partiel. 2 Elle n’est pas réelle jusqu’à ce qu’elle soit totale. 3 Ceux qui sont partiellement innocents peuvent être assez sots par moments. 4 Ce n’est que lorsque leur innocence devient un point de vue d’application universelle qu’elle devient sagesse.

Une perception innocente ou vraie signifie que jamais tu ne malperçois et que tu vois toujours véritablement. Plus simplement, cela signifie que tu ne vois jamais ce qui n’existe pas et vois toujours ce qui existe.

Quand tu manques de confiance en ce que quelqu’un va faire, tu témoignes de ta croyance qu’il n’est pas dans son esprit juste. Voilà un cadre de références qui n’est guère basé sur le miracle.

Cela a aussi l’effet désastreux de nier le pouvoir du miracle. 4 Le miracle perçoit toute chose telle qu’elle est. 5 Si rien que la vérité existe, la vue de l’esprit juste ne peut rien voir d’autre que la perfection. 6 J’ai dit que seul ce que Dieu crée ou ce que tu crées avec la même Volonté a quelque existence réelle.

Cela, donc, est tout ce que les innocents peuvent voir.  Ils ne souffrent pas d’une perception distordue.  Tu as peur de la Volonté de Dieu parce que tu as utilisé ton propre esprit, qu’Il a créé à l’image du Sien, pour malcréer.

L’esprit ne peut malcréer que lorsqu’il croit qu’il n’est pas libre. Un esprit «emprisonné» n’est pas libre parce qu’il est possédé, ou retenu, par lui-même.

Par conséquent il est limité, et la volonté n’est pas libre de s’affirmer.

Être un, c’est être d’un même esprit ou d’une même volonté. Quand la Volonté de la Filialité et Celle du Père ne font qu’un, leur accord parfait est le Ciel.